Top Ad

INONDATIONS A KINSHASA : "LES AUTORITES NOUS ONT ABANDONNES"

Écrit par 
Publié dans KINSHASA
mercredi, 08 février 2017 14:22
inondation  spectaculaire a kinshasa inondation spectaculaire a kinshasa www.sudexpressmedia.info

"Que la colère de Dieu s'abatte sur le gouvernement !" Dans son désarroi, Albert Isemongo hurle contre les autorités congolaises alors qu'il s'affaire à évacuer les détritus qui s'amoncellent devant sa porte, après les crues provoquées par des pluies torrentielles mardi matin à Kinshasa.

"Les autorités nous ont abandonnés", peste-t-il en montrant les meubles sortis de sa maison cossue et qui émergent d'un eau boueuse noirâtre, au milieu de monceaux de cadavres de bouteilles en plastique en suspension.

La rivière Kokolo, qui passe non loin, est brusquement sortie de son lit sous l'effet d'une pluie diluvienne commencée peu avant le lever du jour et qui a duré une bonne partie de la matinée.

Des constructions en béton empiètent sur le lit du cours d'eau, qu'elles réduisent sensiblement, accélérant la débit en cas de crue.

M. Isemongo accuse certains propriétaires, des "intouchables" au gouvernement, d'être responsables du drame qui vient de se jouer. Pour lui, pas de doute, "ces inondations sont la conséquence de ces constructions anarchiques".

Situé dans le nord de la capitale de la République démocratique du Congo, GB, le quartier de M. Isemongo, est une des zones les plus chic et huppées de Kinshasa, mégapole d'environ dix millions d'habitants largement dépourvue d'infrastructures de voirie et dont l'immense majorité croupit dans la misère.

Mais face à la colère du ciel, les habitants de GB se retrouvent pour une fois sur un pied d'égalité avec ceux des autres quartiers de la Cité, moins bien lotis.

A Bandalungwa, quartier majoritairement habité par des fonctionnaires ou des petits commerçants, la rivière Makelele a elle aussi quitté son lit. Mais les riverains, habitués à ces crues soudaines, sont parés : des empilements de sacs de sable ou des murets servent de digues devant les habitations.

Pendant que M. Isemongo s'active à nettoyer la rue devant sa maison avec de jeunes habitants armés de pelles et de balais, des riverains pleurent une jeune "mama" vendeuse de pain qui, selon leur témoignage, s'est noyée devant eux.

- WC à ciel ouvert -

"Elle tentait de traverser la rivière mais le puissant courant l'a emportée (...) Elle ne respirait plus lorsque nous l'avons sortie de l'eau", dit le sergent Pedro Masoya, soldat du camp militaire voisin, trempé jusqu'aux os.

Selon un bilan provisoire des autorités locales, au moins deux autres personnes ont été tuées par les inondations mardi.

Contrairement à Bandalungwa, on n'est pas habitué aux inondations à GB. Personne ne s'était préparé à recevoir autant d'eau en moins de trois heures, déplorent des habitants particulièrement les femmes, pieds nus, seau en plastique en mains et s'activant à vider leur maison du trop-plein d'eau.

"Les collecteurs d'eau n'ont pas été prévus dans le plan d'urbanisation" de ce quartier, déclare Agnès Kalonda épouse d'un soldat du camp Kokolo voisin et vendeuse sur un petit marché de GB.

En début d'après-midi, alors qu'il bruine encore, "il est quasi impossible de sortir de la maison sans avoir les pieds dans de l'eau boueuse", regrette Camille Kontshi, douanier, montrant ses chaussures salies.

A Lingwala, autre quartier du nord de la capitale, les pensionnaires du centre d'hébergement public pour handicapés physiques de l'avenue Mushie s'affairent du mieux qu'ils peuvent, cernés par des matières fécales en suspension, debout sur leurs béquilles avec de l'eau jusqu'à la hanche.

Ici, on n'a pas de mots assez durs contre les autorités. "Bakufa !" ("Qu'ils aillent mourir") ruminent plusieurs jeunes gens accusant la classe politique de vivre sur le dos de la population à ses dépens.

"Nous avons perdu nos habits emportés par des eaux, des chaussures, des appareils radios et télévisions, nos lits ne sont plus utilisables", se lamente le représentant des handicapés, refusant de donner son nom, pendant que des enfants, insouciants, continuent de jouer avec de l'eau jusqu'à la poitrine.

"L’État ne s'occupe pas de nous, mais ce sont les travaux effectués par les Chinois qui sont à la base de nos malheurs", accuse le porte-parole des occupants, redoutant que "les maisons construites pendant la période coloniale ne s'écroulent" sur eux et leurs enfants pendant leur sommeil à la prochaine pluie.

Afp

Enregistrer

Dernière modification le mercredi, 08 février 2017 14:30

REVUE DE LA PRESSE

LA REVUE DE PRESSE

LA REVUE DE PRESSE

Forum des As titre : 10eme session de la commission nationale mixte rsa-rdc a pretoria. zuma et kabi...

Sidebar Ad 2

LES PLUS LUS

Sidebar Ad 3

VOTRE PUBLICITE

 

Enregistrer

Enregistrer

SIEGE SOCIAL

Siège de Sud Express

International 706-40,

Immeuble Kanta Services

1er Niveau, 14e Rue Kinshasa Limete

Contacts:

DIRECTION GÉNÉRALE

Téléphone   :

+243 994727299

+243 848422312

Dans l’espace médiatique national, l’information devient de plus en plus subjective. La presse congolaise se comporte parfois en caisse de résonnance des tendances politiques ou des pouvoirs financiers pour sa survie. Sud Express International veut se démarquer par la diffusion d’une information crédible, impartiale, plurielle, équilibrée bref au ton neutre et non partisan. Ce groupe de presse de droit congolais traite les informations utiles à la société et en temps réel.

Direction commerciale marketing

+ 243) 997405136  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESTONS CONNECTES ! POUR RECEVOIR LES INFORMATIONS DE VOTRE VILLE COMME VOUS LE SOUHAITEZ, ABONNEZ-VOUS A NOS RESEAUX SOCIAUX

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partenaire  

Enregistrer

Enregistrer

JoomShaper