Top Ad

REVUE DE PRESSE DU 31 MARS 2017

Écrit par 
Publié dans REVUE DE LA PRESSE
vendredi, 31 mars 2017 10:14

L’actualité congolaise tourne encore autour de l’échec des négociations directes entre la Majorité et l’Opposition.

Pour Radio France Internationale, RFI, après l'échec des négociations directes entre la majorité et l’opposition sous l'égide de la Cenco, le président Joseph Kabila consulte toutes les parties concernées. Pour la majorité, c'est une démarche honnête. Mais l'opposition menée par Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi refuse d'y souscrire. Les personnes désignées pour mener ces consultations appartiennent à la majorité présidentielle, partie adverse dans les négociations directes.

Selon la chaine mondiale, depuis mercredi, les émissaires du président Joseph Kabila consultent en son nom. Ils ont entrepris des contacts qualifiés d'informels avec les différentes parties prenantes aux négociations directes tenues sous l'égide de la Cenco.

L'objectif, selon le porte-parole de la majorité présidentielle, Alain André Atundu, c'est de « baliser le terrain » en rapport avec les deux questions d'achoppement : la nomination du Premier ministre et la désignation du président du Conseil national de suivi de l'accord.

Pour la majorité, explique RFI, on ne peut pas douter de l'engagement et la bonne foi du chef de l'Etat dans la réalisation des élections à la date convenue, c'est-à-dire avant fin 2017. Si toutes les autres plates-formes intéressées ont favorablement répondu à ces consultations, en revanche le Rassemblement conduit par le duo Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi y voit un piège.

 

L’Agence France Presse s’intéresse au renouvellement du mandat de la MONUSCO. A ce sujet,  le Conseil de sécurité des Nations unies va voter à l'unanimité vendredi la réduction de 7% environ du nombre de militaires et de policiers de la force de maintien de la paix en République démocratique du Congo (RDC).

L’AFP note que selon un projet de résolution, dont l'AFP a obtenu la copie, la Monusco, plus importante et plus coûteuse mission onusienne, verra son effectif passer de 19.815 à 18.316 hommes.

L’AFP ajoute que la décision intervient alors que le pays d'Afrique centrale doit organiser d'ici la fin de l'année des élections très attendues, sur fond d’affrontements entre factions rebelles, turbulences politiques et corruption massive.

Les craintes d'une nouvelle poussée de fièvre à l'approche des échéances électorales étaient d'ailleurs si vives que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avait récemment demandé au Conseil de sécurité d'y envoyer plus de 300 policiers supplémentaires.

Mais l'Amérique de Donald Trump veut réduire sa participation dans les dépenses de l'ONU en matière de maintien de la paix, les Etats-Unis en étant de loin les premiers contributeurs.

Sur les 18.232 Casques bleus et policiers effectivement autorisés à être déployés sur le terrain en République démocratique du Congo, seuls 16.215 le seraient aux termes du projet de résolution. Mais selon des diplomates, la Monusco ne disposait déjà que de 17.000 hommes en RDC, dans les faits.

 Le renouvellement du mandat de la MONUSCO figure également à la une de l ’Hebdo Jeune Afrique. Selon le Magazine, le Conseil de sécurité des Nations unies s'apprête à renouveler le mandat de la Monusco qui arrive à son terme à la fin du mois de mars. Zoom sur la plus importante opération onusienne de maintien de la paix dans le monde.

Près de 18 ans après son déploiement, la Monusco va devoir rester en RDC. Le mandat de la mission onusienne qui expire le 31 mars devait normalement être renouvelé par le Conseil de sécurité. D’autant que ce vaste pays du continent, étendu sur plus de 2, 4 millions de km2, demeure l’un des territoires les plus instables d’Afrique.

Dirigeants congolais et partenaires internationaux, tous plaident en effet pour son maintien. Même si Kinshasa voudrait voir se déclencher, dans les mois à venir, une « stratégie de retrait » des Casques bleus du territoire congolais. Ces derniers sont arrivés en 1999 sous la bannière de la Monuc, mission de l’ONU au Congo, transformée à partir de juillet 2010 en Monusco, la mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo.

 

Dernière modification le vendredi, 31 mars 2017 10:21

LES PLUS LUS

Sidebar Ad 2

REVUE DE LA PRESSE

REVUE DE PRESSE DU 20 OCTOBRE 2017

REVUE DE PRESSE DU 20 OCTOBRE 2017

La presse analyse l’incident Olengankoy à la veille de la visite de Nikki Haley.« CNS : Olenghankoy ...

Sidebar Ad 3

VOTRE PUBLICITE

 

Enregistrer

Enregistrer

SIEGE SOCIAL

Siège de Sud Express

International 706-40,

Immeuble Kanta Services

1er Niveau, 14e Rue Kinshasa Limete

Contacts:

DIRECTION GÉNÉRALE

Téléphone   :

+243 994727299

+243 848422312

Dans l’espace médiatique national, l’information devient de plus en plus subjective. La presse congolaise se comporte parfois en caisse de résonnance des tendances politiques ou des pouvoirs financiers pour sa survie. Sud Express International veut se démarquer par la diffusion d’une information crédible, impartiale, plurielle, équilibrée bref au ton neutre et non partisan. Ce groupe de presse de droit congolais traite les informations utiles à la société et en temps réel.

Direction commerciale marketing

+ 243) 997405136  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESTONS CONNECTES ! POUR RECEVOIR LES INFORMATIONS DE VOTRE VILLE COMME VOUS LE SOUHAITEZ, ABONNEZ-VOUS A NOS RESEAUX SOCIAUX

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partenaire  

Enregistrer

Enregistrer

JoomShaper