Top Ad

REVUE DE PRESSE DU 16 MAI 2017

Écrit par 
Publié dans REVUE DE LA PRESSE
mardi, 16 mai 2017 13:25

La Prosperité dans sa Une, s’interroge: “A la tête de ses 58 membres du gouvernement, Tshibala réussira-t-il son oral aujourd’hui? “ Mais, pourquoi pas ? A la Majorité, rien ne peut bloquer, ni retarder l’investiture du nouveau Premier Ministre et de son équipe. A l’Opposition, pendant ce temps, des avis restent, cependant, partagés. L’aile dure du Rassemblement, celle de Limete, maugrée et redoute la relance de la crise. Tandis que tous les Opposants moderés, dans les parvis du Rassemblement de Joseph Olenghankoy,  se frottent les mains. La mise a, apparemment, payé. Pour eux, la politique de la chaise vide relève d’une veille recette qui, de tous les temps, a déjà étalé ses limites. Même si Félix et Lumbi n’y croiraient pas, Tshibala, lui, a choisi de foncer…Mais, jusqu’où irait-il?

 

Le quotidien ajoute : plusieurs fois annoncée et décalée, l’investiture de Tshibala et de son gouvernement constitué, comme tout le monde le sait, de 58 membres,  a été, cette fois-ci, confirmée. L’homme aux lunettes noires  fumées, un ex-compagnon d’Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017, à la Clinique Sainte Elisabeth, à Bruxelles et dont le corps n’a même pas encore été inhumé, monte aux affaires aujourd’hui.

Et de conclure, Tshibala  a, derrière lui, le soutien de la Majorité Présidentielle élargie à l’Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016, à l’Opposition Républicaine ainsi qu’à tous les Députés issus  des multiples ailes du Rassemblement, de la Dynamique ou de l’Opposition, à l’exception, évidemment,  du Groupe  de Limete qui, jusqu’à ce jour, considère, paradoxalement,  sa nomination comme une véritable   entorse à l’application de l’Accord du 31 décembre 2016, tel qu’il avait été conclu, au Centre Interdiocésain,  grace à la bienveillance des Evêques.

 

En revanche, l’Agence France presse note que 390 miliciens et 124 membres des forces de l'ordre ont été tués depuis fin mars dans le Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo secouée par des violences impliquant miliciens, policiers et soldats, selon l'armée.

"Nous avons tué 390 miliciens" et nous avons enregistré "39 tués dans les rangs des FARDC (forces armées) ainsi que "85 policiers tués" dans ces opérations, a déclaré lundi le général de brigade Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l'armée, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

"Nos troupes respectent le droit international humanitaire (et) les droits de l'Homme (…) nous avons opéré de manière professionnelle", a-t-il dit.

"Ce sont des insurgés terroristes, leur objectif est de semer la terreur, nous avons le devoir de mettre fin" à l'action de ces rebelles qui "se livrent à des exécutions sommaires, saccagent, incendient" les édifices publics et privés, a-t-il poursuivi, en montrant une vidéo sur de présumées "exactions commises par les miliciens Kamwina Nsapu" dans le Kasaï.

 

Par contre notre consoeur RFI  se rappelle du 16 mai , date  de La chute du maréchal Mobutu a lieu le 16 mai 1997. Ce jour-là, le Zaïre tourne la page du « Léopard ». Le lendemain, le 17, les troupes de l'AFDL entrent victorieuses dans Kinshasa, sans aucune résistance des Forces armées zaïroises.

Le 16 mai, l'Histoire raconte que Mobutu se réveille la peur au ventre. Kabila a infiltré depuis des semaines Kinshasa et le gros de ses troupes stationne aux portes de la capitale. Le Léopard se sait lâcher par les Américains. Après l'échec de négociations sous l'égide de Nelson Mandela et d'Omar Bongo, Laurent Désiré Kabila annonce que « Mobutu est fini » : « Je sais qu’il est fini. Le pouvoir, il n’en aura plus. Il est assiégé maintenant, à l’heure où nous parlons. »

RFI poursuit la description du président Mobutu: “7h50 ce 16 mai, le convoi de Mobutu Sese Seko se fraye un chemin, direction l'aéroport de Ndjili, sans gyrophare ni sirène. Le maréchal, déchu, atterrit à Gbadolite, son village natal. Le 17, les Kadogo de Kabila - ces jeunes soldats aux tenues trop larges, aux bottes en caoutchouc noires - entrent dans Kinshasa en libérateurs. Boulevard du 30 juin, les Kinois applaudissent « C’est le départ de Mobutu, Kabila est déjà arrivé. Nous sommes dans la joie ! Nous sommes très contents de la libération. »

Dernière modification le mardi, 16 mai 2017 13:30

LES PLUS LUS

Sidebar Ad 2

REVUE DE LA PRESSE

REVUE DE PRESSE DU 19 SEPTEMBRE 2017

REVUE DE PRESSE DU 19 SEPTEMBRE 2017

L’arrivée du président Kabila à Kananga dans le cadre de la conférence sur la paix aux Kasaï est l’u...

Sidebar Ad 3

VOTRE PUBLICITE

 

Enregistrer

Enregistrer

SIEGE SOCIAL

Siège de Sud Express

International 706-40,

Immeuble Kanta Services

1er Niveau, 14e Rue Kinshasa Limete

Contacts:

DIRECTION GÉNÉRALE

Téléphone   :

+243 994727299

+243 848422312

Dans l’espace médiatique national, l’information devient de plus en plus subjective. La presse congolaise se comporte parfois en caisse de résonnance des tendances politiques ou des pouvoirs financiers pour sa survie. Sud Express International veut se démarquer par la diffusion d’une information crédible, impartiale, plurielle, équilibrée bref au ton neutre et non partisan. Ce groupe de presse de droit congolais traite les informations utiles à la société et en temps réel.

Direction commerciale marketing

+ 243) 997405136  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESTONS CONNECTES ! POUR RECEVOIR LES INFORMATIONS DE VOTRE VILLE COMME VOUS LE SOUHAITEZ, ABONNEZ-VOUS A NOS RESEAUX SOCIAUX

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partenaire  

Enregistrer

Enregistrer

JoomShaper