Top Ad

REVUE DE PRESSE HEBDOMADAIRE DU 27 MAI AU 03 JUIN

Écrit par 
Publié dans REVUE DE LA PRESSE
dimanche, 04 juin 2017 12:25

La semaine qui s’achève aura été marquée par la défense du budget 2017 par le Gouvernement. Le Premier ministre l’a présenté et défendu devant l’Assemblée Nationale.

Pour La Prospérité

Le premier ministre reconnaît, certes, que la loi de finances est une œuvre humaine  perfectible. Tshibala l’a dit, ce jeudi 1er juin 2017, aux Députés qui, agissant en tant qu’Autorité Budgétaire, devraient y apporter des améliorations, sous le concours et l’éclairage du Gouvernement. Déjà, depuis hier, le projet du budget 2017 a été transmis à la Commission Economico-Financière, pour le début immédiat des travaux.

 Les Ministres des Finances et  son Collègue du Budget, ont été également priés d’y participer, en même temps que les   régies financières.  L’idéal, selon Aubin Minaku Ndjalandjoko, est qu’avant la fin de l’actuelle  session ordinaire, le 15 juin prochain, ait été examiné en première et seconde lecture aussi bien à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat de sorte que le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, une fois  de retour de sa tournée en cours à Kananga, Mbuji-Mayi et dans d’autres contrées du Grand Kasaï, puisse le promulguer. D’où, l’exigence de la vitesse qui, normalement, ne doit  céder ni à la précipitation, ni à envoûter l’essentiel de ce qu’il fallait prévoir, pour engager le pays sur la voie des élections, de l’amélioration du social, de la maîtrise du cadre macroéconomique et, surtout, de la restauration de l’autorité de l’Etat.

Bruno Tshibala s’est engagé sur toute la ligne à exécuter les missions tracées dans l’Accord du  31 décembre 2016, conclu sous les bons offices des Evêques, à la Gombe. Il s’est également évertué   à ramener les choses dans les orientations  contenues dans le discours du Président Kabila, tenu devant les deux chambres du Parlement, réunies en Congrès, le 5 avril 2017. Il ne s’est pas limité là. Plus loin, dans sa réplique aux préoccupations des Députés  en rapport justement  avec son allocution prononcée, mercredi 31 mai  dernier,   lors de la présentation du Budget 2017, Bruno Tshibala est revenu, particulièrement, sur certains aspects qu’il y avait déjà abordés.

Forum des As

Pour le quotidien, désormais, les fraudeurs et les dirigeants incompétents seront sévèrement punis, promet le Premier ministre.

Par ailleurs, dans sa réplique hier au doute des députés qui ont jugé irréaliste, le projet de loi des Finances 2017, le Premier ministre sonne la fin des budgets ridicules en RD Congo.
Fini le débat général autour du projet de Budget 2017 de l’Etat congolais à la Chambre basse du Parlement. Ce projet de loi présenté et défendu le mercredi 31 mai dernier à l’Assemblée nationale, a été déclaré recevable au cours de la plénière d’hier jeudi. Ce, après les réponses du Premier ministre Bruno Tshibala, aux inquiétudes empreintes de pessimisme de certains députés ayant jugé ledit projet de loi irréaliste.

C’est donc un Bruno Tshibala qui, délesté de tout triomphalisme, a modestement évacué le scepticisme qui a caractérisé l’essentiel des préoccupations des députés nationaux, lors de la plénière de mercredi dernier, consacrée à la présentation du Budget de l’Etat pour l’exercice 2017. Chiffré à 7 milliards USD, ledit projet de loi paraissait irréaliste, aux yeux de nombreux députés nationaux.

AFP

Le président congolais Joseph Kabila a assuré samedi dans un entretien à la presse allemande n'avoir "rien promis du tout" concernant la tenue d'élections présidentielles cette année.

"Je n’ai rien promis du tout ! Je souhaite organiser des élections aussi vite que possible", a-t-il déclaré à l'hebdomadaire der Spiegel dans un rare entretien accordé à la presse à Kinshasa.

"Nous voulons des élections parfaites, pas seulement des élections", a-t-il ajouté, expliquant que l'enregistrement des électeurs était en cours et "marche bien".

Interrogé sur une éventuelle réforme de la constitution qui lui permettrait de postuler à un troisième mandat, le chef de l'Etat a lancé: "Je suis très clair là-dessus. Toute ce blabla sur un changement constitutionnel est un non-sens total".

Et la plainte de l’ancien gouverneur du Katanga, l’Agence France Presse d’ajouter : l'opposant congolais en exil Moïse Katumbi a porté plainte vendredi auprès de l'ONU à Genève contre le gouvernement du président Joseph Kabila qu'il accuse de vouloir l'empêcher de se présenter à l'élection présidentielle.

Ancien gouverneur du Katanga (sud-est) et homme d'affaires influent, M. Katumbi s'est dit "confiant" après avoir déposé plainte auprès du Comité des droits de l'homme de l'ONU.

Autorisé à se rendre à l'étranger pour suivre des soins médicaux depuis mai 2016, l'opposant a été depuis condamné à trois ans de prison pour spoliation d'immeuble appartenant à un ressortissant grec et attend de comparaître devant la justice pour une affaire de recrutement présumé de mercenaires. Les autorités ont promis de l'arrêter dès son retour au pays.

M. Katumbi a déclaré à l'AFP qu'il avait décidé de se tourner vers l'ONU parce que la justice de la République démocratique du Congo est "instrumentalisée".

RFI

Joseph Kabila poursuit sa tournée au Kasaï. Après Kananga, le président de la République démocratique du Congo est arrivé ce jeudi 1er juin à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental. Une tournée pour « la restauration de la paix et de la sécurité », selon le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur.

Aussitôt arrivé, Joseph Kabila a pris un bain de foule. Il s'est également permis une marche à pied dans les artères de la ville de Mbuji-Mayi, pourtant réputée fief de l'opposition radicale. Son cortège s'est ensuite dirigé vers les bureaux du gouverneur pour une réunion de sécurité.

Le Kasaï-Oriental, autant que les autres provinces de l'espace kasaïen, est frappé par le syndrome Kamuina Nsapu, cette nébuleuse née à la suite d'une insurrection menée par le grand chef coutumier du même nom, assassiné en août 2016 dans la province voisine du Kasaï-Central. Et c'est par Kananga, chef-lieu de la province, que le président Kabila a commencé sa tournée. Il s'y est entretenu avec des chefs coutumiers, des responsables religieux, des acteurs de la société civile et autres autorités politico-administratives.

 

 

Dernière modification le dimanche, 04 juin 2017 12:32

REVUE DE LA PRESSE

La revue de la presse du 20 juin

La revue de la presse du 20 juin

FORUM DES AS parru ce mardi écrit : « CRIMES DE GUERRE DANS LE KASAÏ. ENQUÊTE INTERNATIONALE : WASHI...

Sidebar Ad 2

LES PLUS LUS

Sidebar Ad 3

VOTRE PUBLICITE

 

Enregistrer

Enregistrer

SIEGE SOCIAL

Siège de Sud Express

International 706-40,

Immeuble Kanta Services

1er Niveau, 14e Rue Kinshasa Limete

Contacts:

DIRECTION GÉNÉRALE

Téléphone   :

+243 994727299

+243 848422312

Dans l’espace médiatique national, l’information devient de plus en plus subjective. La presse congolaise se comporte parfois en caisse de résonnance des tendances politiques ou des pouvoirs financiers pour sa survie. Sud Express International veut se démarquer par la diffusion d’une information crédible, impartiale, plurielle, équilibrée bref au ton neutre et non partisan. Ce groupe de presse de droit congolais traite les informations utiles à la société et en temps réel.

Direction commerciale marketing

+ 243) 997405136  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESTONS CONNECTES ! POUR RECEVOIR LES INFORMATIONS DE VOTRE VILLE COMME VOUS LE SOUHAITEZ, ABONNEZ-VOUS A NOS RESEAUX SOCIAUX

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partenaire  

Enregistrer

Enregistrer

JoomShaper