Top Ad

KASAI : LE HAUT COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME DE L’ONU REJETTE L’OPTION D’UNE ENQUETE CONJOINTE ET EXIGE UNE ENQUETE INTERNATIONALE

Écrit par 
Publié dans RDC
samedi, 10 juin 2017 16:26

Dans un communiqué de presse publié hier, le Haut Commissaire de Nations Unies au Droit de l’Homme juge la réponse du gouvernement congolais à séjour insuffisante compte tenu de la gravité de la nature généralisé des violations des droits de l’homme et de l’impérieuse nécessité pour que la  justice soit rendue aux  victimes. Il y’a peu le gouvernement congolais réagissait à un ultimatum du Haut Commissaire des Nations Unies aux Droit de l’Homme, demandant des moyens techniques pour poursuivre l’enquête déjà lancée en RDC.

La réaction aussi immédiate du HCNUDH, qui pense que  c’est le devoir souverain du gouvernement de la RDC de mener des enquêtes judiciaires sur les violations des droits de l’homme commis sur son territoire et dit pouvoir continuer à appuyer le gouvernement en fournissant des conseils et un appui technique pour la mise en œuvre de ces obligations a-t-il souligné.

Cependant poursuit Zeid Ra’ad Al Hussein, les actes odieux commis dans le Kasaï, semblent être d’une gravité qu’ils doivent interpeler la Communauté Internationale et en particulier le Conseil de Droit de l’Homme. L’ampleur et la nature de ces violations des  droits de l’homme et les réponses systématiquement insuffisantes des autorités nationales nous obligent à demander une enquête internationale pour compléter les efforts nationaux a-t il souligné. Mr Zeid Hussein a écarté l’option d’une enquête conjointe RDC-ONU. Il est plutôt favorable à une enquête internationale. La communauté Internationale s’engage vite à mettre un terme à l’impunité endémique en RDC a-t-il martelé.

Bien qu’un certains nombre d’enquêtes nationales aient été lancé sur les crimes allégués commis par les Kamwina Nsapu, l’ONU pointe du doigt accusateur les FARDC d’être les auteurs de l’assassinat du chef Kamwina Nsapu.  Le gouvernement n’a pas mené une enquête significative sur la conduite des FARDC et la police nationale congolaise qui seraient à la base d’une réplique disproportionnée lors des opérations de maintient de l’ordre dans le Kasaï . Cette enquête ne devra pas seulement se pencher sur les violations graves de droit de l’homme mais aussi sur l’existence d’au moins 42 fosses communes a dit le HCNUDH. Selon lui la flambée des violences au Kasai a débuté en Aout 2016.

Dernière modification le samedi, 10 juin 2017 16:32

REVUE DE LA PRESSE

REVUE DE PRESSE DU 23 JUIN 2017

REVUE DE PRESSE DU 23 JUIN 2017

La Radio onusienne annonce l’adoption ce vendredi 23 juin à Genève, une résolution qui demande au Ha...

Sidebar Ad 2

LES PLUS LUS

Sidebar Ad 3

VOTRE PUBLICITE

 

Enregistrer

Enregistrer

SIEGE SOCIAL

Siège de Sud Express

International 706-40,

Immeuble Kanta Services

1er Niveau, 14e Rue Kinshasa Limete

Contacts:

DIRECTION GÉNÉRALE

Téléphone   :

+243 994727299

+243 848422312

Dans l’espace médiatique national, l’information devient de plus en plus subjective. La presse congolaise se comporte parfois en caisse de résonnance des tendances politiques ou des pouvoirs financiers pour sa survie. Sud Express International veut se démarquer par la diffusion d’une information crédible, impartiale, plurielle, équilibrée bref au ton neutre et non partisan. Ce groupe de presse de droit congolais traite les informations utiles à la société et en temps réel.

Direction commerciale marketing

+ 243) 997405136  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESTONS CONNECTES ! POUR RECEVOIR LES INFORMATIONS DE VOTRE VILLE COMME VOUS LE SOUHAITEZ, ABONNEZ-VOUS A NOS RESEAUX SOCIAUX

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partenaire  

Enregistrer

Enregistrer

JoomShaper